Gift-France

1100 Idées cadeaux vintage à offrir

  • Français (French)
  • English
Cest en 1846 que Jean-Romain Lefèvre sinstalle à Nantes pour y reprendre une pâtisserie au numéro 5 rue Boileau où il vend ses propres productions et le fameux biscuit anglais Huntley amp; Palmers. Les pratiques du jeune pâtissier, venu de l'Est de la France (Lorraine) et alors âgé de 27 ans, sont différentes. Il vend les biscuits directement sortis du four dans la cour. Les recettes proviennent de l'Est et bousculent les habitudes des Nantais qui consomment des biscuits anglais. La fabrication de biscuits de luxe fait sa renommée. Mais cest surtout après son mariage avec Pauline-Isabelle Utile à Varennes-en-Argonne dans la Meuse, en 1850 que la pâtisserie Lefèvre Utile commence à être grandement connue. Son épouse ayant le sens du commerce, ils achètent une boutique qu'ils nomment Fabrique de biscuits de Reims et de bonbons secs . La maison LU est née. Elle construit son succès sur la qualité de ses produits mais aussi sur la constance de sa production.
Les locaux devenant trop exigus, ils agrandissent en achetant grâce aux fonds de la famille une annexe de la boutique au numéro 7 de la rue Boileau en 1854. La boutique est appréciée pour la vente de ses produits de qualité mais aussi pour son architecture. Elle est vaste (150 m) et haute, possède de belles moulures et des lustres mais aussi des boiseries murales conférant à l'ensemble un caractère haut de gamme et raffiné. Les produits vendus sont les Biscuits de Reims, les Boudoirs, les Biscuits vanille, les Biscuits champagne, les Langues de chat, les Macarons, les Massepains et les Petits-Fours aux amandes. Ils sont disposés dans des coupes de cristal à pieds et plusieurs présentoirs présentent les biscuits destinés à la décoration. Des serveuses assurent l'accueil des clients qui choisissent les produits qu'il désirent. Ils sont récupérés par la serveuse grâce à des pinces, fait rare à l'époque, et placés dans un emballage le mettant en valeur. L'entreprise emploie quatorze ouvriers en 1880. Tous ses efforts sont récompensés en 1882 par la médaille d'or à l'exposition de Nantes.
Des boîtes en carton permettent par la suite d'emporter ses produits afin de les offrir. Lefèvre-Utile invente plusieurs types de boîtes habillées de scènes champêtres ou enfantines en couleurs. Les biscuits sont alors offerts lors des repas dominicaux ou pour de grandes occasions. Les biscuits LU deviennent des produits de choix. Mais l'année suivante, Jean-Romain Lefèvre décède à cause de problèmes de santé. Son épouse lui survivra jusqu'en 1922. Leur troisième fils, Louis Lefèvre-Utile prend le relais de son père à l'âge de 24 ans.
La naissance du Petit-Beurre LU en 1886
Cest en 1882, avec l'arrivée du fils, Louis Lefèvre-Utile, que la maison LU prend de lampleur et commence sa mécanisation. Louis est passé par les lycées de Nantes et a travaillé avec son père. Il va devenir un génie créateur à l'origine de la marque LU. Quelques années plus tard, en 1885, il fait construire, quai Baco, une manufacture de biscuits de 2 000 m de haute technologie à la place des bâtiments de l'ancienne filature. Il y installe des fours et une machine à vapeur. Cent trente ouvriers y travailleront pour assurer une production de trois tonnes de biscuits par jour. Plus du tiers de la production est alors assuré par le célèbre Petit-Beurre né en 1886.
Il invente un produit original inspiré des biscuits d'Angleterre où il a fait de nombreux voyages. Ce biscuit carré aux bords découpés en festons est fabriqué à la chaîne grâce à une empreinte que Louis crée à l'aide d'une société anglaise T. amp; T. Vicars. Cette empreinte est retrouvée dans les archives de cette société en 1946. Dès sa sortie, le produit est apprécié par les clients et par les critiques. La forme du biscuit et sa marque Petit-Beurre-LU-Nantes sont déposées au tribunal de commerce de Nantes le 9 avril 1888.
Le 1er février 1887, Louis Lefèvre-Utile et son beau-frère, Ernest Lefèvre, s'associent pour créer la société LU. Cette société familiale passe alors de l'artisanat à l'entreprise moderne. Ernest s'occupe de la direction commerciale de la maison tandis que Louis s'occupe de la production. Ernest déploie un dépôt à Paris, 5 rue Renard, assurant ainsi un réseau commercial dynamique et fiable dans la capitale].
Mais le 4 mai 1888, l'usine est ravagée par les flammes déclenchées près des fours. Quinze jours après le drame, la production reprend et l'usine est reconstruite avec les dernières technologies. Lefèvre impose notamment l'utilisation de matériaux ininflammables comme l'acier.
En 1897, très attaché à la publicité, Louis Lefèvre-Utile fait appel aux plus grands peintres pour illustrer ses affiches. Firmin Bouisset réalise le petit écolier. La fin du siècle est marquée par la création de nombreux nouveaux produits. La gamme s'enrichit en fonction de l'actualité. Louis a compris que la création était signe de succès. Ainsi, il crée des biscuits pour les grands événements comme la visite d'un chef d'État étranger en France. Neva, biscuit russe est créé pour la visite du tsar Alexandre III à Paris en 1892. De même, la gaufrette Iceberg célèbre la seconde expédition en Antarctique de l'océanographe Jean-Baptiste Charcot en 1908. Enfin, une série de vignettes Aviation rend hommage à la traversée de la Manche par Louis Blériot en 1909.
C'est aussi l'époque où l'entreprise abandonne la vente en vrac et commence le conditionnement de ses produits dans des boîtes en fer blanc. Ce type d'emballage a l'avantage d'assurer une plus longue conservation et offre un support idéal pour la réclame.
À la fin du XIXe siècle, lusine, agrandie grâce à de nouveaux bâtiments et forte dune mécanisation très poussée, produira près de 200 tonnes de biscuits supplémentaires. En 1890, la conserverie de la famille Saupiquet voisine des usines LU ferme ses portes. Elle est rachetée par Louis pour y installer ses écuries. De même, la fabrique de briquettes de charbon de la compagnie de Blanzy considérée trop polluante offre à l'entreprise LU de nouveaux bâtiments et de nouveaux espaces pour agrandir l'usine. En 1897, l'entreprise occupe deux hectares avec 38 fours dont 22 grands fours continus à trois lignes.
Lors de l'exposition universelle de 1900 à Paris, un pavillon est installé en partie sur la Seine par l'architecte Auguste Bluysen. Il fait construire à un angle une tour en forme de phare de 36 mètres de haut. Le haut du phare est constitué d'une boîte de la marque LU en circulation à l'époque. Le phare s'illumine chaque nuit avec le monogramme LU illuminé et visible depuis l'ensemble de l'exposition. La maison LU reçoit l'unique grand prix décerné à la biscuiterie française, ce qui contribuera à sa renommée nationale et internationale.
En 1905, c'est en pleine phase ascendante de léconomie nationale que naît Paille dOr parmi les deux cent variétés de biscuits déjà fabriquées. C'est Louis qui conçoit la recette et donne la forme d'une botte de paille au biscuit. Il y incorpore du jus de framboise qu'il extrait des productions locales. Il fabrique également la machine qui produit le biscuit alors que ce marché est dominé par les fabricants anglais.
De 1904 à 1909, l'usine est en travaux afin de mettre en valeur le quartier et d'harmoniser les différents bâtiments de l'usine. La construction des deux tours, nées sous le crayon de l'architecte parisien Auguste Bluysen, remonte à cette époque: la biscuiterie LU sera la plus belle usine de Nantes. LU est alors une fabrique prospère de biscuits, qui se développe dans la ville aux côtés de sa rivale, la Biscuiterie nantaise (BN). En 1913, l'usine fabrique 6 000 tonnes par an, soit 20 T/jour et emploie 1 200 salariés.
Bibliographie
Lart et les biscuits : la publicité de la firme Lefèvre-Utile de 1897 à 1914 = Art and biscuits : Lefèvre-Utile advertisements ; Kunst und kekse : die Werbung der Firma / Georges Herscher. - Paris : Société Nlle des Editions du Chêne, 1983/12/15. - ISBN 2-85108-154-3.
Les biscuiteries de Nantes du XIXe siècle à nos jours : Musée du Château des Ducs de Bretagne - Nantes / Musées du Château des Ducs de Bretagne . - France : Musées du Château des Ducs de Bretagne, 1987/10/01. Catalogue dexposition. Nantes. 22. 10. 1987 - 02. 10. 1988. Bibliogr. - ISBN 2-906519-55-3.
Patrimoine artistique LU / textes France ROUILLE ; réal. Ragnhild OLSEN . - Paris : Générale Biscuit LU-BSN, 1986/01/01. Regroupe diverses oeuvres exécutées pour LU à partir de 1986.
Aucun commentaire
Ajouter un commentaire
Pseudo
Email (facultatif)
Commentaire
Copier lꞌimage